La chappe (capa)

Sources, techniques, matières...

Modérateur : L'équipe des gentils modos

Répondre
Avatar du membre
Bouchard
Gentil Modo
Messages : 14880
Enregistré le : sam. mai 24, 2003 11:00 pm
Localisation : Val de Marne 94
Contact :

dim. mai 31, 2020 11:24 am

Image
comme pour d'autres éléments du costume au XIIIe siècle, les termes désignant les vêtements portés en dernière couche externe sont variés et leur réalité matérielle nous échappe le plus souvent. Pour mieux faire comprendre la difficulté, l’exemple du « pardessus » moderne me semble le plus adapté. Son sens ne fait aucun doute : il est le dernier vêtement enfilé. En revanche, son éventail de formes et de textures est multiple.
De très nombreux textes contiennent le terme cappa – chape, dans des contextes religieux, avec parfois des aspects qui lui sont propres. C’est par exemple la cappa clausa que l’Eglise tente d’imposer aux membres du clergé au XIIIe siècle, afin de limiter les abus vestimentaires de ces derniers, un peu trop sensibles à la mode de leurs contemporains laïques (un vêtement fermé ne permet pas de révéler les fantaisies qu'on peut porter en-dessous). C’est aussi la « cappa pluvialis » mentionnée dans la Willelmi Chronica Andrensis (XIIIe siècle) , chape de cérémonie, très ornée. Faut-il voir dans la pérénnité de ce terme, sans lien avec la fonction du vêtement ainsi nommé, un indice de son origine ? Etymologiquement, il s’agit d’une « chape à pluie », qu’on retrouve mentionnée dans des contextes laïques :

« Une chape à pluie afubla,
De suz la chape se fist ceindre,
Et od une ceinture estreindre »

Wace (chroniqueur et poète), Roman de Rou, 7180 -7181 (vers 1170)


« E nuz piez et eu langes, pur sa char castier,
En une chape a pluie qu’il soleit chevalchier »

Guernes de Pont-Sainte-Maxence, Vie de Saint Thomas le Martyr, Archevêque de Canterbury, 42-43 (vers 1170-1180)

Pour la période du Moyen Age central, la chape laïque semble donc désigner un vêtement enveloppant doté ou non d’une capuche [ii], porté en extérieur, pour se protéger de la pluie [iii]. Dans ce contexte, on pourrait imaginer un matériau naturellement imperméable comme la laine ou du cuir traité à cet effet.
Par commodité (la question mériterait une étude bien plus approfondie, mais ce n’est pas l’objet de ce travail-ci), nous conserverons ce terme de chape pour désigner le vêtement présenté ici.
https://guerriersma.com/chape.html
Membre des GMA - Membre de Bouvines 1214 - http://www.guerriersma.com - Ne pas subir-
Répondre

Retourner vers « Réalisation du costume civil »