Jeu de beursault

Arcs et arbalètes au Moyen-Age

Modérateur : L'équipe des gentils modos

gevaen
Messages : 46
Enregistré le : ven. sept. 24, 2010 9:47 am
Contact :

lun. janv. 17, 2011 3:17 pm

Bonjour à toutes et tous,

et tous mes vœux au passage :roi:

Une question me turlupine : le jeu de beursault tel que nous le connaissons aujourd'hui est-il pratiqué au début XVème ? J'hésite à m'installer ça derrière chez moi :p

Les différentes compagnies d'archers dans lesquelles je suis passé ont toute un jeu de beursault (en activité ou pas) et finalement très peu de pratiquants en-dehors de l'IdF. Si je pouvait trouver une source sur son existence au MA, je crois que je vais me lancer dans la contamination des pratiquants au pas de tir pour trouver de quoi en monter un.


Et si au passage des archers sont intéressés par ce genre de choses, faites-le moi savoir.
thierry de binch
Messages : 215
Enregistré le : lun. juil. 17, 2006 11:00 pm
Localisation : Binche

lun. janv. 17, 2011 5:08 pm

voir dans les livres "le tir à l'arc " du comte Albert De Bertier ; l'art d'archerie , toxophilus et autres (edition emotion primitive) peut être pas med , mais pas loins quand même
gevaen
Messages : 46
Enregistré le : ven. sept. 24, 2010 9:47 am
Contact :

lun. janv. 17, 2011 5:28 pm

J'ai pas souvenir d'avoir vu grand chose dessus dans le toxo :(

Je vais regarder pour le "tir à l'arc".
Avatar du membre
Che Khan
Messages : 3242
Enregistré le : dim. juin 26, 2005 11:00 pm
Localisation : Brabant Wallon (Belgique)
Contact :

lun. janv. 17, 2011 6:52 pm

Yo

trouvé sur le fofo de "Webarcherie" :

Bonjour,
je possède une copie d'une miniature de Jacques Cessoles, datée de 1480, provenance Bibliothèque Nationale, qui représente une femme qui tire, en aller et retour, sur des cibles qui semblent être confectionnées avec botillons de roseaux sur lesquelles sont posées des cartes qui ressemblent étrangement a des cartes Beursault. J'ai fais quelques recherches et c'est la plus ancienne trace que j'ai trouvé du Tir au Beursault.
Quand au terme lui-même le mot Beursault vient du vieux mot français "bersail" qui signifiait but ou cible du tireur, qui a donné bersailler ou bercer qui signifiait bander ou tirer sur son arc ; il est devenu, par extension l'endroit où s'entraînent les archers.
Sous Charlemagne les dames allaient "bercer au bois" c'est a dire chasser au bois.
Che Khan, archer 'tatar'
Ma période : Mongol de la "Horde d'Or" / 1350 - 1360.
Mon site : L'Ordoo du Corbeau Rouge
Mon autre site : Ravélo - Randos
Enregistré sur ce forum le 27 Juin 2005.
gevaen
Messages : 46
Enregistré le : ven. sept. 24, 2010 9:47 am
Contact :

mar. janv. 18, 2011 3:25 pm

Un jour, je prendrais le temps de vérifier sur les autres forums ... [img]images/icones/icon11.gif[/img]

Bon, je crois que j'ai plus trop le choix, je vais me faire un jeu perso à la maison. Ou alors j'essaie de convaincre ma compagnie d'investir :D

Merci pour ces infos.
Avatar du membre
percheval
Messages : 300
Enregistré le : dim. août 16, 2009 11:00 pm
Localisation : Lille/Saint-Quentin.

mar. janv. 18, 2011 3:35 pm

Che Khan a écrit :Quand au terme lui-même le mot Beursault vient du vieux mot français "bersail" qui signifiait but ou cible du tireur, qui a donné bersailler ou bercer qui signifiait bander ou tirer sur son arc ; il est devenu, par extension l'endroit où s'entraînent les archers.
Sous Charlemagne les dames allaient "bercer au bois" c'est a dire chasser au bois. [/i]
Moi je croyais que le berceau était le couloir ou berceau formé par les arbres près des buts ou de la buttes, en fait le pas de tir..
Avatar du membre
pierre al
Messages : 8471
Enregistré le : mer. mai 25, 2005 11:00 pm
Localisation : Versailles

mar. janv. 18, 2011 7:19 pm

Quel ouvrage de Jacques de Cessoles ?
gevaen
Messages : 46
Enregistré le : ven. sept. 24, 2010 9:47 am
Contact :

mer. janv. 19, 2011 12:01 pm

J'ai découvert un jeu de beursault à la compagnie d'archers de Donges, aussi dans le 44. Tout récemment installée c'est la seule installation de ce type dans la région et elle participe aux championnats de France. C'est pas une troupe de reco, mais il doit y avoir quelques mordus dans le lot. :D

Et pis c'est loin de chez moi, plus les jours passent et plus je pense que je vais pas tarder à monter un dossier pour proposer la création d'un jeu dans le castelbriantais.

Pour ce qui est de la pratique au moyen-âge, il semble que si la version actuelle n'est pas attestée, une pratique similaire existait. Donc dans le doute, il faut essayer et voir si elle a un sens au vu du matériel et des objectifs de l'archer XVè.
Avatar du membre
le va-nu-pied
Messages : 69
Enregistré le : mar. févr. 01, 2011 12:43 pm
Localisation : sannois 95

mer. févr. 02, 2011 7:14 pm

J'ai peut être un petit élément de réponse. La carte au Beursault est à 1m de mémoire, qui est si je me trompe pas la hauteur d'un défaut d'armure. Ce qui pourrait donc expliquer la hauteur actuelle.

Ensuite concernant la distance, je ne peux émettre que des hypothèses. Le fait de tirer à 50m avec un arc de 100 lbl, permet un tir en direct. Tout en ayant une distance à parcourir pas trop importante pour récupérer sa flèche. De plus si on prend le cas de Paris on trouve un lieu d'entraînement sur l'ile saint louis (dès que je retrouve la date exacte je la communique).

Par contre le fait de tirer qu'une flèche on peut y voir le fait qu'il était compliqué d'avoir deux flèches "identiques". Ce qui amène à casser la flèche à celui qui abat l'oiseau.

Le va-bu-pied
http://laciedeschasseursdedragonsdesedan.kinssha.org/

Chevalier, Archer, mesdames, messieurs, je vous Salut!
Avatar du membre
Margot mains noires
Messages : 11
Enregistré le : mer. juil. 28, 2010 6:07 pm
Contact :

ven. févr. 04, 2011 7:11 am

Tu as tout à fait raison le va-nu-pied. Je rajouterai que le diamètre du grand cordon correspond à la largeur de la poitrine d'un assaillant.
Pour ce qui est de la distance de tir, je ne sais pas pour les 50 m. Par contre, j'ai lu que les distances de tir de précision auraient été souvent plus proches que les 50 m actuels.

Les termes "bersailler" (aller chasser à l'arc) et "Beursault" sont apparemment liés.
On tirait en aller-retour une fois face au soleil et une fois le soleil dans le dos. Beaucoup de vieux jeux encore en service respectent cette orientation est-ouest.
Le Beursault ou berceau serait la douve dans laquelle se pratiquait l'entraînement au tir. Cette douve permettait un tir sécurisé. En sortant des douves, les jeux ont été protégés avec des "gardes".

Ici, une enluminure d'une des buttes depuis laquelle tirent des archers : http://ablogjeanfloch.over-blog.com/cat ... 58260.html
C'est dommage que je n'ai pas retrouvé l'enluminure complète ; on y voit également l'autre butte de tir.
Avatar du membre
smyrnoff
Messages : 848
Enregistré le : mar. oct. 11, 2005 11:00 pm
Localisation : Tournai

dim. févr. 06, 2011 5:33 am

l'ancêtre du "beursault" actuel n'est-il pas tout simplement le "tir aux buttes"? Deux buttes, de +- 2m de haut sur 1m de large, confectionnées à l'aide de terre, de boue et de paille; une fois sèches un cercle de chaud dessiné ou une couronne de paille tressée fais office de cible; les buttes sont espacées de "60 pas", on y tire en aller-retour, et chaque archer à deux flèches.
Avatar du membre
le va-nu-pied
Messages : 69
Enregistré le : mar. févr. 01, 2011 12:43 pm
Localisation : sannois 95

lun. avr. 04, 2011 1:12 pm

Tout à fait smyrnoff!

pour les deux flèches, c'est un peu plus complexe. Car en fait à l'heure actuel on en utilise deux. Sauf pour les prix ou partie de jardin ou chacun en tir une seule. Pour une raison assez simple vu que tout le monde tir sur la même cible et pas en même temps il faut mieux ne pas en tirer plus. De plus, le fait d'en tirer une seule est surtout car il était très compliqué d'avoir deux flèches strictement identique. Le problème était donc la répétabilité possible.
Un autre point concernant cette flèche unique tirer est pour l'abat l'oiseau (à la perche ou Beursault). Le nouveau roy se fait casser la flèche, pour une question de symbolique. Tu l'as fait avec celle-ci maintenant on verra si tu es capable de la refaire avec une autre.
Mais par contre, en entrainement il était tout à fait possible d'en utilisé plus, mais je pense que c'était uniquement deux pour éviter de surcharger les butes.

Ensuite, beaucoup de légende circule au niveau de l'origine du mot Beursault. J'ai toujours entendu deux légende. La première: l'origine remontrait à l'entrainement dans des douves (non rempli bien évidement...) qui ont une forme de berceau pour enfants. Il pouvait donc faire des aller-retour dans les douves.
La seconde viendrait d'Italie, les gendarmes italiens était sont? des beursalier, j'ai un doute pour l'écriture.

Voilà, la piètre explication que je peux donner à l'heure actuel. Grâce à ce que j'ai appris à la compagnie d'arc d'Ermont.

J'en profite pour signaler un point qui pourra en intéressé certains (dont certains de ta compagnie que je connais smyrnoff). Nous organisons avec ma compagnie un petit concours d'archerie et d'arbalesterie en septembre. Et la journée du samedi sera consacré à un petit concours, partie de jardin, Beursault. J'en reparlerai bientôt dans la section approprié quand nous aurons une confirmation de la part de la mairie pour pouvoir organiser l'événement.

Le va-nu-pied!
http://laciedeschasseursdedragonsdesedan.kinssha.org/

Chevalier, Archer, mesdames, messieurs, je vous Salut!
Avatar du membre
smyrnoff
Messages : 848
Enregistré le : mar. oct. 11, 2005 11:00 pm
Localisation : Tournai

lun. avr. 04, 2011 6:04 pm

La couverture de
Longbow: A Social and Military History: Amazon.co.uk: Robert Hardy , représente des archers du Début XIVe avec une flèche en corde et l'autre à la ceinture; apparemment ils tirent des flèches "à maquets". D'autre part, le "marquage" des flèches n'est pas inconnu au moyen-âge. L'on sait aussi que fabriquer des flèches, c'est un métier à part entière, et on peut supposer que certains standards furent appliqués dans la réalisation; la flèche sportive n'était pas la flèche de guerre, et j'imagine mal un non initié capable de fabriquer une de ces flèches à maquets sans le savoir faire acquis à grand peine durant son apprentissage; mais il est également possible de se fabriquer un jeu avec un minimum de moyen, "à la préhisto", auquel cas effectivement avoir deux fûts identiques relève de l'utopie...
les ouvrages d'époque "Lart Darcherie, France fin XVe, auteur inconnu et "Toxophilus", Angleterre mi XVIe, Roger Ascham ne parlent pas de ce type de tir mais de "Tir au Drap", "Aux Chaperons"; ça signifie clairement la disponibilité d'un terrain adéquat difficilement conciliable avec des douves asséchées ou des espaces inoccupés tels que ceux de Tournai, entre l'ancienne et la nouvelle muraille. Il est également d'avis général que les Anglais pratiquaient le "tir aux marques" dès qu'ils le pouvaient. Et Donald Featherstone (ça ne s'invente pas!), historien militaire et archer émérite, dans son ouvrage "Archery for Reenactors", conseille fortement lors de l'entraînement le tir "à la butte" plutôt que sur blason, ce qui se conçoit tout à fait dans une logique "militaire" où la flèche touche ou rate la zone "mortelle".
Je pense donc, sans prétention aucune, que l'ancêtre du "beursault" moderne (comme le "papegai" d'ailleurs) se pratiquait en des endroits restreints et sécurisés (combien de communes ne comptent-elles pas une "impasse des arbalétriers" ou une "place des archers"?), tandis que les tirs "au loin" fatalement dans des endroits plus dégagés.
Cela dit, je suis bien d'accord avec toi Va-nu-pied sur l'origine supposée du terme et sur le nombre limité de flèches destiné à éviter la casse (vu que j'en ai encore fait la triste expérience pas plus tard qu'hier...), et tes explications sont loin d'être "piètres", que du contraire, et c'est avec grand plaisir que le Serment de la Tour d'Argent bersaillera en ta compagnie.
Avatar du membre
smyrnoff
Messages : 848
Enregistré le : mar. oct. 11, 2005 11:00 pm
Localisation : Tournai

lun. avr. 04, 2011 6:12 pm

A Gevaen:
Si tu veux installer un jardin d'arc (c'est le nom du terrain de tir au Beursault) renseignes-toi sérieusement sur les spécificités techniques et surtout sécuritaires, et il ne serait peut-être pas inutile de consulter tes autorités municipales quant aux éventuelles autorisations et homologations requises. Il serait en effet très dommage de dépenser autant de bonne volonté et d'énergie (sans parler du coût financier) pour se voir délivrer une injonction de démolition assujettie d'une amende administrative..!
Avatar du membre
le va-nu-pied
Messages : 69
Enregistré le : mar. févr. 01, 2011 12:43 pm
Localisation : sannois 95

mar. avr. 05, 2011 7:41 am

C'est marrant que tu évoques les anglais car pour moi il ne tire pas Beursault. J'en ai parlais avec plusieurs archers anglais qui ne connaissaient pas. Toutefois c'est logique qu'il utilisait un principe similaire pour éviter la casse. Le tir traditionnel à l'heure actuel des anglais est le tir aux marques qu'on trouve aussi un peu en France et qui vient d'Angleterre.
Concernant le Beursault en lui même, il faut que j'aille récupérer le duc de berdier car dedans il y a des éléments concernant les traditions d'archerie.

En France il existe effectivement deux types de tir. Le beursault et le tir à la perche qui demande de l'espace pour l'utilisé raisons pour laquelle on le retrouve beaucoup dans le nord de la France. Voilà une image, d'un tir à la perche:

Image

De mémoire et à vérifier il s'agit d'être placé à 10m de la perche et elle est placé à 30m de haut. Sachant qu'on gagnait des sommes conséquente sur ce type de tir tout comme sur un prix général au Beursault. Par ailleurs le prix du roy de France se fait toujours à la perche. Il est possible de voir dans certains musée privé des perches (je ne pense pas avoir le droit de le mettre ici faudra que j'en réfère avec eux.). Et aussi au musée de Crépy en Valois

Je joint aussi un plan de Beursault, il est possible de voir une maquette d'un Beursault à Crépy en Valois qui est une copie de celle de la compagnie d'arc d'Ermont.

Image

On peut voir dessus qu'il faut absolument des gardes pour éviter que si une flèche part sur le côté elle ne vienne blessé personne car il doit toujours avoir une personne qui garde le pas de tir et sonne les points. L'orientation du Beursault est aussi très importante. Il doit toujours y avoir le logis derrière.
Chaque personne tir une flèche lors des prix (St-Sébastien, abat l'oiseau, prix généraux, partie de jardin...) ou deux flèches dans le cadre de l'entrainement. Une fois que tout le monde à tirer sa flèche, le dernier archer le signale. Je connais deux manière de le tire: couvrer (formule qu'on emploie à Ermont) ou ca roule (formule qu'emploi la compagnie d'arc de saint pierre Montmartre). Une ou deux personne reste à la butte reste pour la garder comme dit plus haut.
Il faut aussi signaler que le premier archer qui tire doit préciser que le tir commence ou recommence en disant "gare au beursault". De même qu'à la première flèche qu'un archer va tirer au beursault il devra saluer (les buttes et les archers présents, par sécurité et respect).
L'allé qui sépare les deux buttes est appelé allé du roy. Le roy de la compagnie à sa propre allé et se doit de l'entretenir. Quiconque devrait allé dessus doit lui demandé l'autorisation ou l'autorisation aux chevalier si celui-ci est absent.

En effet dans une compagnie d'arc existe encore les chevalier. Il devenait chevalier pour ne pas payer de taxe (la taille) mais uniquement au XVième avec les francs archers. Aujourd'hui les chevaliers sont toujours présents et sont avant tout les garants de la tradition. On retrouve ceci dans les règlements généraux (je les ai quelques part sur mon PC, je les ajouterais en lien). ceux-ci date du XVIII siècle (1733) réalisé par le duc de Pomponne, mais seront rééditer plus tard.

Dernière édition:10h50

J'ajoute le liens faire la ronde de rance ou son disponible les règlements généraux ainsi que d'autre pages intéressantes.
http://rondedesfamillesidf.free.fr/tradition.htm

Le va-nu-pied!
http://laciedeschasseursdedragonsdesedan.kinssha.org/

Chevalier, Archer, mesdames, messieurs, je vous Salut!
Répondre

Retourner vers « Archerie médiévale, arbalestrie »