Pauvreté et Révoltes sociales au MA

Vie, coutumes, institutions, pouvoir et organisation de la société au Moyen-Age

Modérateur : L'équipe des gentils modos

Répondre
Avatar du membre
Che Khan
Messages : 3243
Enregistré le : dim. juin 26, 2005 11:00 pm
Localisation : Brabant Wallon (Belgique)
Contact :

dim. mars 11, 2012 8:55 am

Yo

Trouvé sur le net :

PUBLICATIONS DE LA SORBONNE Université de Paris IV ‑ Paris Sorbonne Série • ETUDES a ‑ Tome 8 * * Études sur L'HISTOIRE DE LA PAUVRETÉ sous la direction de Michel MOLLAT : http://www.franciscanos.net/medieval/po ... uvrete.htm

Trouvé sur Wiki :

Les Capuchonnés ou Confrérie des Capuchons (Capuciati) sont des paciaires, des partisans de la Paix de Dieu de la fin du XIIe siècle. Ce mouvement, parti d’Auvergne où il se débarrassa des mercenaires qui dévastaient le pays, se répandit dans une grande partie de la France et finit par remettre en cause l’ordre social, avant d’être exterminé par le clergé et la noblesse. Il eut un grand retentissement dans le Nord-Ouest de l’Europe au tournant du XIIIe siècle.


La confrérie se forme après une victoire remportée par des non-combattants sur des mercenaires qui écumaient le pays (des routiers que l’on appelait alors des Brabançons -> voir plus bas), près de Dun-le-Roi.

Cette confrérie se forme dans la région du Puy, en Auvergne, à l’été 1182, autour d’un dénommé Durand, qui prêche et guide le mouvement. Ses membres sont réunis par le désir de paix, d’ordre ; ils se recrutent dans toute la société, d’abord la paysannerie aisée et les habitants non-miséreux des villes : ses membres achètent un manteau blanc et une image de la Vierge à l’Enfant en étain, et cotisent. Ils exigent de tous les membres de la société qu’ils se rallient, et qu’il soit mis fin aux violences.

L’évêque du Puy, d’abord méfiant, se rallie et prêche en leur faveur à la fin de 1182, d’où l’extension que prend le mouvement. De cinq cent vers Noël 1182, l’effectif des Capuchonnés passe à 5000 peu de temps après, puis bien plus au printemps suivant. Ils enrôlent des membres de toutes les couches et de tous les ordres de la société, hommes et femmes. Tous combattent les routiers, sauf les moines qui ne quittent pas leur monastère, astreints par leur règle, mais prient pour leur victoire.

Le mouvement aurait entraîné une paix entre le comte de Toulouse et le roi d’Aragon. Il se répand début 1183 dans les régions voisines : Aquitaine, Gascogne, Berry, Nivernais, Bourgogne, Provence, régions qui n’étaient pas touchées par le phénomène qui suscita la confrérie, c’est-à-dire les exactions des routiers. Elle revendiqua alors la fin des taxes excessives et injustes, l‘égalité naturelle, ce qui provoqua une réaction armée de la part du clergé et de la noblesse, qui extermina le mouvement. À Auxerre, c’est l’évêque qui conduit la répression.

Le mouvement, à ses débuts, est bien vu des moines, qui y voient une entreprise de pacification de la société. Les membres privilégiés de la société le dépeignent au contraire comme une « hérésie charnelle » remettant en cause l’ordre nécessaire de la société.


En remarque :

Les Brabançons :

Au Moyen Âge, on appelait Brabançons des bandes de troupes mercenaires, qui une fois licenciées devenaient des brigands, qui parcouraient la France en y commettant les plus affreux désordres. On les appelait encore Routiers, Écorcheurs et Coterelli (d'où cotteraux).

On croit que le plus grand nombre de ces bandes serait provenu du Brabant. En 1135, Guillaume d'Ypres amena à Étienne de Blois des bandes de mercenaires qui seraient recrutés en Brabant qui l'aidèrent dans ses entreprises en Angleterre (ici le Brabant, c'est le territoire de l'ancien pagus de Brabant, probablement la partie connue comme la Flandre impériale entre l’Escaut et la Dendre). Répandus quelques années plus tard sur le continent, ravageant et dévastant les pays où ils passaient, se mettant à la solde de qui voulait les payer, ces aventuriers donnèrent au nom de Brabançons une renommée sinistre. Longtemps après on donna le nom de Brabançons, quelle que fut leur origine, aux brigands armés qui vivaient de pillage et de rapines.

Les braubantiones sive coterelli, comme synonyme de mercenaires de la France et de l'Italie, parurent déjà en 1171 dans les actes impériaux allemands, notamment pendant la règne de Frédéric Barberousse. Avec des taxes levées en Italie, l'empereur se formait une armée de mercenaires en dehors de l'Empire, pour se rendre libre militairement des hommes de fiefs allemands.


Bien à tous.
Che Khan, archer 'tatar'
Ma période : Mongol de la "Horde d'Or" / 1350 - 1360.
Mon site : L'Ordoo du Corbeau Rouge
Mon autre site : Ravélo - Randos
Enregistré sur ce forum le 27 Juin 2005.
Avatar du membre
blay de mercuret
Messages : 112
Enregistré le : jeu. juil. 10, 2008 11:00 pm
Localisation : le puy en velay

dim. mars 11, 2012 10:55 am

tiens tiens , intéressant ,pour la confrérie des capuchons blancs , cela fait déjà un moment que j'essaie de "compiler" les documents que je trouve , dans le but de créer une asso de RH , parce que , ce mouvement est parti de la ville ou j'habite, Le puy en Velay , et que leur remise en cause de l'ordre établi ( ne pas dire à un vellave (habitant du velay ) qu'il est auvergnat , on a des petits relents d' indépendantistes) n'est pas fait pour me déplaire .

j'ai été pas mal aidé par Eodhel sur son forum ( Mediaephile ) , bon après je retombe souvent sur les mêmes textes , les memes descriptions d'un bouquin à l'autre . Je ne sais pas si je trouverais bien mieux pour un mouvement qui n'as durée que deux ans .
Avatar du membre
aurélien
Messages : 477
Enregistré le : dim. sept. 02, 2007 11:00 pm

dim. mars 11, 2012 11:25 am

Tiens, tiens.

Merci beaucoup. Cette confrérie m'intéresse aussi ! Merci Che Khan.
Image
Avatar du membre
Sagiterra
Messages : 1735
Enregistré le : ven. févr. 02, 2007 12:00 am
Localisation : Saintes (17)

dim. mars 11, 2012 5:09 pm

Très intéressant ! Merci ! :)
Conte, enluminure, calligraphie, où donc s'arrêtera-t-elle ?
Ahem... batterie jazz... euh... tir à l'arc dans une vie antérieure... :oD
Répondre

Retourner vers «  La Société au Moyen-Age »