petite question : confiture ?

Recettes, boissons et menus médiévaux !

Modérateur : L'équipe des gentils modos

Avatar du membre
Sagiterra
Messages : 1710
Enregistré le : ven. févr. 02, 2007 12:00 am
Localisation : Marennes (17)

mer. sept. 24, 2008 9:32 am

Pfff... si tu as le courage de chercher, il semble y avoir quelque chose par là...
http://www.pbm.com/%7Elindahl/menagier/

Bon courage...
Image

Euh... en fait, le bouquin digitalisé est ici:
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k831118

:D
Conte, enluminure, calligraphie, où donc s'arrêtera-t-elle ?
Ahem... batterie jazz... euh... tir à l'arc dans une vie antérieure... :oD
Avatar du membre
yrwanel
Messages : 5715
Enregistré le : jeu. janv. 01, 1970 1:00 am

mer. sept. 24, 2008 12:20 pm

Les figues bien mûres, cuites, ont assez de sucre que pour faire une "confiture". (cela j'ai essayé: cela marche très bien!)

Ma "mamy" provençale m'a raconté que, pendant la guerre, suite aux restrictions, les gens, dans le sud, utilisaient les figues comme "sucre" pour faire les confitures.
ysobel
Messages : 37
Enregistré le : mer. mars 07, 2007 12:00 am
Localisation : Saint Jean de Moirans

jeu. sept. 25, 2008 7:59 am

Merci pour les liens,

je n'ai pas trouvé cette recette, mais je continue à fouiller ;)
Avatar du membre
Dame Yolande
Messages : 56
Enregistré le : sam. juil. 03, 2010 11:25 am

sam. août 31, 2013 3:39 pm

Le Traité des Fardements et des Confitures de Nostradamus est disponible ici: http://www.oldcook.com/medieval-texte_nostradamus et aussi http://cura.free.fr/dico3/603A-TFC-bib.html

Ce site donne l'histoire de la confiture: http://confituresmerveilleuses.pagesper ... stoire.htm

Globalement, oui, la confiture c'est histo car le sucre est arrive' en Europe avec les Croisades, cependant, il s'agissait d'un medicament comme le sucre.
"En effet, le mot letuaire, du latin « eleucterium », signifie « médicament à lécher » et pendant tout le Moyen Âge on fabrique des confitures essentiellement pour cet usage : c'est en tant que médecin que le célèbre Nostradamus rédige un traité sur les confitures et c'est pour des raisons de santé que Gargantua de Rabelais termine toujours ses repas avec de la pâte de coings."

"L'origine des confitures est ancienne.
Dans un souci de conservation des aliments, l'art des confitures est introduit en Europe par les Croisés.
L'un des premiers textes relatant une « recette » de confiture figure dans l'Histoire Naturelle de Pline l'ancien, auteur romain du Ie siècle de notre ère.
A la fin de l'Antiquité, Rutilius Palladius, agronome romain, évoque des recettes de fruits confits dans du miel.
C'est durant le Moyen-âge que le mot « confiture » est cité dans un recueil dans lequel il est mentionné « siros confis de douce confiture ».
Au XIVe siècle, en 1393, le « Mesnagier de Paris » décrit des confitures de coings, de pêches, de poires et même de navets, de carottes, de courges et de racines de persil et de fenouil.
Dés le XVIe siècle, apparaissent des livres de confitures comme la « Méthode pour faire toutes confitures » et en 1555, le «Traité des confitures » de Nostradamus.
Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la confiture agrémente surtout sur la table des nobles et les variétés sont de plus en plus nombreuses.
Les découvertes de contrées lointaines, l'essor des fruits exotiques en Europe permettent à Olivier de Serres, agronome français, à Nicolas de Bonnefons, valet de chambre de Louis XIV et à François Massialot de publier nombres d'ouvrages consacrées aux confitures.
Au XIXe siècle, la confiture connaît son apogée avec la découverte du sucre de betterave qui favorise le développement de la confiture familiale.
L'industrialisation permet ensuite de fabriquer de très grandes quantités de confitures, mais nombreux encore, au rythme des saisons, se passionnent pour cet « Art »."
SOURCE: http://www.cuisinealafrancaise.com/fr/p ... confitures
Avatar du membre
yrwanel
Messages : 5715
Enregistré le : jeu. janv. 01, 1970 1:00 am

dim. sept. 01, 2013 12:15 am

pour information et tout à fait "pas histo" (médiévale): c'est un pharmacien qui a amélioré le goût des électuaires (donc des préparations à sucer ou croquer à but thérapeutique) avec du chocolat + du sucre, afin de "faire passer la pilule".

Cela a donné... ce que, en Belgique, on nomme des pralines et en France des chocolats. [img]images/icones/icon15.gif[/img]

Accessoirement: "dorer la pilule": " terme de pharmacie: « dorer une pilule », c'est la recouvrir d’une mince couche d’or pour qu’on puisse la prendre sans sentir le goût, l'amertume du médicament."
NB: l'or était un médicament.
Quant à ses usages en médecine, à l’état soit de métal ou d’alliage, soit d’oxyde, de chlorure, d’iodure, de sulfure, etc., ils sont assez limités et ne remontent qu’à l’époque des Arabes ; mais la grande majorité de ceux qui l’ont expérimenté avec quelque suite, se prononce si hautement en sa faveur, qu’il mérite certainement de fixer l’attention de tous les praticiens. Dioscoride et Avicenne l’employaient à l’état de métal. Paracelse (Archidox. lit. VI. de n la longa ; de gradibu* et compotitionibui ; fragm. 2, et alili) l’unissait au sublimé, comme une punacée universelle, qu’il nommait calcinât in et solutio lis (mélange recommandé depuis contre la syphilis, soit sous le nom, commun à plusieurs autres préparations, d’aurum cites, tout récemment, comme prophylactique, sous le titre A’alexitére doré).http://fr.wikisource.org/wiki/Dictionna ... 9decine%29

Sinon, il semble que les fruits confis, ici, viennent de l'initiative de la papauté en Avignon: http://fr.wikipedia.org/wiki/Fruits_confits_d%27Apt
Ce qui ne veut pas dire que on en importait pas avant... ;)
Répondre

Retourner vers « La Cuisine des Guerriers »